Le secrétaire général de l’Organisation des nations unies (Onu), le sud-coréen Ban Ki Moon, a annoncé, le vendredi 31 mai 2013, la nomination de la trinidadienne Sandra Honoré comme sa Représentante spéciale et cheffe de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah).
 
Honoré, qui devrait entrer en fonction le lundi 15 juillet 2013, succède au chilien Mariano Fernández Amunátegui, dont le mandat est arrivé à terme le 31 janvier 2013.
 
L’intérim de cette fonction a été assuré à partir du 1er février 2013 par le Canadien Nigel Fisher, à qui Ban Ki Moon a exprimé sa gratitude.
 
C’est la première fois qu’une caribéenne est nommée à la tête de la Minustah, depuis que cette mission a été créée en juin 2004.
 
La nouvelle cheffe de la mission onusienne en Haïti a été cheffe de Cabinet du Sous-Secrétaire général de l’Organisation des États Américains (Oea), de 2000 à 2005, et assistante spéciale du chef de la Mission d’observation électorale de l’Oea en Haïti, de 1995 à 1996.
 
Née en 1955 à Tunapuna, à Trinidad et Tobago, mariée et mère d’un enfant, la diplomate de carrière, depuis 1979, a servi son pays dans de nombreuses fonctions : comme ambassadrice au Costa Rica jusqu’en août 2012, au Service diplomatique national, au ministère des affaires étrangères comme cheffe du protocole en 2007 et à titre de directrice de la Caricom et des affaires des Caraïbes en 2005.
 
La nomination de cette représentante spéciale et cheffe de la mission de l’Onu pour Haïti survient à un moment crucial, où des manifestants à Port-au-Prince ne cessent point de réclamer le départ des troupes, accusées, par de nombreuses études internationales, d’avoir introduit l’épidémie de choléra qui continue de ravager cet État des Caraïbes.