P-au-P, 04 juillet 2012 La présidence haïtienne se serait substitué au sénat en nommant deux (2) membres qui ne figuraient pas parmi les noms, soumis par le sénat et appelés à faire partie du nouveau Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (Cspj), selon des informations dont a pris connaissance lagence en ligne AlterPresse.

« Effectivement (…), il y a deux membres que nous (le sénat) devrions proposer. Mais, paraît-il, c’est la présidence [de Joseph Michel Martelly] qui les a choisis à la place du sénat », affirme le sénateur Wetsner Polycarpe, joint au téléphone par AlterPresse.

Les conditions de choix de ces 2 personnalités, dont les noms ne sont pas révélés, ne sont pas encore élucidées.

Il n’était pas possible d’avoir la version de Dieuseul Simon Desras, le président du sénat, à qui aurait été confiée la mission (par les sénateurs) d’éclaircir la situation auprès de la présidence avant l’investiture des 9 membres du Cspj.

Le Cspj a été installé, au cours dune cérémonie spéciale, à lécole de la magistrature, le mardi 3 juillet 2012 (cf. http://www.alterpresse.org/spip.php…), bien avant la publication dans le journal officielLe Moniteurde larrêté de leur nomination.

C’est en marge de la cérémonie d’installation du 3 juillet 2012 du Cspj que Martelly a paraphé l’arrêté en question daté du 3 juillet, suivant les informations disponibles.

L’édition du “Moniteur” devrait précéder l’installation des membres du Cspj, selon la pratique et l’article 3 de l’arrêté dont il est question (qui a commencé à circuler le 4 juillet 2012),.

Aucun démenti n’est jusque là apporté sur les irrégularités qui semblent entacher l’investiture du conseil supérieur du pouvoir judiciaire, entité administrative sur laquelle beaucoup d’espoirs sont placés pour l’indépendance du système judiciaire en Haïti.

 

http://www.alterpresse.org/spip.php?article13068